dimanche 24 juin 2018

CHANSON POUR LES NOYÉS DE SEPTEMBRE






CHANSON POUR

LES NOYÉS DE

   SEPTEMBRE

                                 



   Remontent les souvenirs :

   C'était en 1953, je crois ... En septembre 1953 ... Dans l'île d'Oléron, treize compagnons partaient ensemble pour une partie de pêche nocturne ...

                                   *
     Chanson pour les noyés de septembre :




                                  

                                   




Chant 1




Fou
Fou le cheval noir
Battant l’air des deux pieds
Fou le cheval noir


Fou le cheval noir
Les naseaux ensanglantés
Ses yeux sont verts
Du vert des feux-follets


L’océan est noir
Écume noire aux grèves d’ardoise dure
Le cheval court sur le sable noir
Et le vent s’est étouffé


Qu’attends-tu
Qu’attends-tu
Le cheval court vers le village
Qu’attends-tu dans la nuit noire


C’est le cheval du malheur
Qu’attends-tu dans la nuit noire
L’entends-tu
L’entends-tu

 
                                      


Chant 2




Treize sont partis
Compagnons
Treize qui chantaient
Le huit septembre dans le soir tombé


La marée reflue
Le huit septembre dans le soir
Notre Dame de la Nativité
Et le vent qui chantait


Huit septembre à minuit
La marée remonte
Qu’attends-tu sous la lampe
Dans ce silence de malheur


Qu’attends-tu sous la lampe
Qu’attends-tu
Treize sont partis
Douze à minuit entreront dans la nuit


Cloche du clocher
Combien de coups faudra-t-il sonner
Saint Michel lavera sa chemise
Avec du bleu de lessive



                                             



Chant 3




Quand l’océan se retire
Sans à-coups et sans bruit
Quand le vent se tait
Et quand la mer est lisse
La mer ne laisse sur le sable
Que des torrents infimes
Branchus comme des arbres
Sans effort l’eau retourne à la mer
Quand l’océan se retire
Sans aucun bruit
Nuit sans lune
Belle nuit
Nuit tiède
Nuit pleine
Caresse
Et l’envie d’un baiser



                                                       



Chant 4


O mon amour !
Mon amour, mon amour
Amour de mes yeux
Amour de mes papilles
De mes mains
Amour de mes oreilles
Amour de ma peau
Amour de mes cuisses
Amour de mon ventre
Amour
Amour
Amour de mes instants
Que rythment l’horloge
Les battements de mon cœur
Tic tac
Tic tac
Tic tac
Les mouvements de la mer
Et que faire maintenant
Que faire de mes yeux
Que faire de mes papilles
Que faire de mes mains
De mes oreilles
Que faire de ma peau
De mes cuisses
Que faire de mon ventre
Que faire de l’horloge
Des battements de mon cœur
Des mouvements de la mer
Que faire de la houle
Des marées
Hautes
basses
hautes et puis basses
Que faire du sable
Que faire de l’eau salée
Que faire du souvenir
Souvenir mouillé
Inerte
froid
O mon amour
Mon amour
Mon amour
Que faire de la vie



                                        



Chant 5




Huit septembre à minuit
La marée remonte 
Qu’attends-tu sous la lampe
Dans ce silence de malheur


Qu’attends-tu sous la lampe
Qu’attends-tu
Treize sont partis
Douze à minuit
Entreront dans la nuit


Fou
Fou le cheval noir
Battant l’air des deux pieds
Fou le cheval noir


L’océan est aveugle et sourd


Fou le cheval noir
Les naseaux ensanglantés
Ses yeux sont verts
Du vert des feux-follets
Treize sont partis
Compagnons
Treize qui chantaient
le huit septembre dans le soir tombé



                                             



Chant 6




Douceur
O douceur
Tiédeur
Tiédeur des chairs humides
Pas même un frisson
Les feux qui s’éteignent
Étoiles phares lanternes et falots
Rouges verts ou blancs
Fixes ou mouvants
Clignotants
Scintillants
Lénifiante douceur de la mer en gésine
L’air qui s’endort
Cœur qui bat
Cœur
Cœur
Cœur
Le cœur d’un bateau tout près
Ou bien très loin
Tacata tacata tacata
Continu
Régulier
Tacata tacata tacata
Cœur cœur cœur désorienté
Cœur
Tac tac tacata tac
Tac
Mon cœur affolé
Soudain dans le brouillard épais
Mon cœur
Mon corps
Mes yeux
Et mon âme qui ne sait où aller


Huit septembre à minuit marée montante
Treize sont partis
Un seul reviendra  



                                       
 


Chant 7




Fou le cheval
Les naseaux ensanglantés
Ses yeux sont verts
Du vert des feux-follets




Entends-tu
Entends-tu
Crissant sur le pavé
Les roues cerclées d’acier




Cloche du clocher
Combien de coups faut-il sonner
Saint Michel lavera sa chemise
Avec du bleu de lessive