lundi 21 août 2017

THAILANDE - ARANYAPRATHET ...




ARANYAPRATHET



                                                                    _ à tous les petits enfants cambodgiens.









Un arbre blanc

Nâvré

Tend sa branche sèche

Le chaume a brûlé





Gong de bronze du soleil à midi


Tais-toi l'enfant





Nuages lourds d'oxydes

Aurons-nous la pluie ?


La mare est jaune de chrome

La corne du buffle est noire

Le vent vert








Le paddy lèvera



Et les vols d'oiseaux aquatiques



SRI LANKA ....



SRI-LANKA

 


Tant de soleils ardents
Sur les murs desséchés
Villes entières
A la terre revenues
Ocre-rouge sang séché
En poussière foulé








Aux chemins tant de pas
Tant de faim et de fièvre
Et d'espace et de temps
Et de mort et de vie
Tant de vies résignées
Aux limites abolies









Tant de moussons crevées
Et tant de vents si violents
Capitales diluées
Mosaïques de briques
Par le temps corrodées







Trompettes tambourins
Les sabots des chevaux
Des soudards conquérants








Tant de diables mendiants
Et de pieds en lambeaux
Rues
Des villes disparues
Rabotées








Fleurs de lotus
Offertes
Et tenues à la main
O ! Tant de pèlerins 
Tout au long du chemin !








Un jour suivant l'autre
Une vague après l'autre
Et les flux infinis
Des chemins de la vie









Ocre rouge sang séché
En poussière foulé
Tant de pas
Tant de faims










Au pied des dagobas
Tant de Bouddhas scuptés
Et de fruits miroitants
Tant de sons tant de chants
Tant de vagues argentées
De saphirs de rubis
De topazes brûlées
De batiks de saris
Filles
Aux effluves du thé









Capitales oubliées
De vent et de poussière
Des macaques attroupés
Des racines nouées
Aux énormes banians









Tant de bûchers allumés
Tant d'enfants affamés
Consumés
Combien Bouddha
Pour ta sérénité ?