dimanche 30 septembre 2012

ROYALES ... VRAIMENT ROYALES !

Quelques uns des plus beaux voiliers du monde sont réunis le long du quai Saint Pierre, dans le vieux port de Cannes pour participer aux Régates Royales ... Comme tous les ans ! ... Et tout aussi "Royales" que chaque année ...

                                    Ciel d'orage, mer calme ...
                           


CHANSON DE LA MARINE ANCIENNE
(Maurice FOMBEURE)
En courant au clair de lune,
Sur la dune de Port-Blanc,
- J'entends le vent dans la hune,
La fille du roi Morguen
Perdit son anneau d'argent.
- J'entends le vent dans les haubans. 









Premier de nous qui le trouve
Fut changé en cormoran.
- J'entends le vent dans la hune,
Fut changé en cormoran.
- J'entends le vent dans les haubans.








Le second, c'était le mousse,
En est mort subitement
A l'âge de quatorze ans.
- J'entends le vent dans la hune,
A l'âge de quatorze ans.
J'entends le vent dans les haubans.





« Où vas-tu, beau capitaine,
Sur ton brigantin d'argent? »
- J'entends le vent dans la hune,
Sur ton brigantin d'argent.
- J'entends le vent dans les haubans. 








Mes hommes, mes pauvres hommes,
C'était un vaisseau fantôme
Qui nageait depuis cent ans.,
- J'entends le vent dans la hune,
Qui nageait depuis cent ans.
- J'entends le vent dans les haubans. 






S'est effacé dans la lune
De la quille au gréement
- J'entends le vent dans la hune,
De la quille au gréement.
- J'entends le vent dans les haubans.








Compagnons de la marine,
Qu'on a du désagrément.
- J'entends le vent dans la hune,
Qu'on a du désagrément.
- J'entends le vent dans les haubans.
 







LOUIS BRAUQUIER : L'Océanie et un plan du vieux port de Marseille (Fragment)


... Tu pourrais même encore t'embarquer avec eux
Pour la cueillette ou à la saison de la plonge, 
Sous les guitares et les fleurs de frangipaniers ;

L'après-midi faire de la peinture à l'huile,
Baigneuses brunes sur des plages de basalte ;
Prendre l'apéritif au cercle Bougainville.




Ton coeur est pur, tu n'as pas d'ambitions terrestres,
Le récif de corail arrête les regrets,
Tu aurais un cotre baptisé Belle Océane,





À la poupe pendent des régimes de bananes ;
Peut-être pourrais-tu vivre et mourir heureux,
Si tu sais oublier que tu es l'homme blanc.






Longue houle pacifique
Roule des débris de plage,
Roule des restes d'épaves
Avec des noms effacés ....



                            

vendredi 28 septembre 2012

SCULPTURES

Hier, nous vous avons montré un choix de peintures exposées au salon des Artistes du Monde, à la Gare maritime de Cannes.

Nous voudrions aujourd'hui vous présenter quelques unes des sculptures qui sont présentées au même salon : Certaines ne manquent pas de qualités !


                                              Nous avions déjà aperçu cette statuette à la Galerie 30, au Cannet ... Elle nous semble taillée dans la serpentine ... ? Stylisée, polie .. On songerait à ces   autres statuettes issues des fouilles égyptiennes ... Un peu énigmatique, mais tellement sensuelle !    


                                       

Celle-là est taillée dans le marbre ... Quelle grâce !

On songe à Camille Claudel, bien sûr ! Quel est, Ô femme, ton désespoir ou ton espérance ?


             

Le bronze, cette fois ... Berceuse attendrie ... Naissance du futur ... Interrogation du présent. 

L'artiste n'est artiste que par le regard qu'il pose sur lui-même et sur le monde.   


SIMPLICITÉ ...


J'aime une femme
Lisse
Comme le lait
Crème
Lisse

                                   La jatte
                                  Et le pain à côté
                                  Mie souple
                                 Odorante
                                 Pain doré
                                 Blanc

J'aime une femme
Souple
Comme le lin
Mousse
Fraîche

                                 La couette
                                 Et la lampe à côté
                                 Linge souple
                                Odorant
                                Lit brodé
                                Blanc

J'aime une femme
calme
Comme la mer
Houle
calme

                                    La barque
                                    Et la rame à côté
                                    Sable souple
                                   Odorant
                                   Tendre ourlet
                                   Blanc

J'aime la passerose
Soie
Pastel
Pastel rose fané
Sari froissé

                                         Ce soleil
                                         Renversé dans le pré
                                         Pépiement
                                        Des vanneaux au marais 

La mangue au plein soleil
Térébinthée
La mangue
Mais la prune parfumée
Translucide
Et l'abricot doré
La grenade
La grenade sucramère
La figue gonflée

                                        Et cette femme
                                        Crème
                                        Houle
                                        Mousse ...

      (Texte de Michel Savatier - in : PHOSPHÈNES - Éditions Saint germain des près-1982)
    

AUTRE REGARD SUR LE MONDE  CLIQUEZ SUR LE MOT QUI EST ÉCRIT EN ROUGE   ... Ce texte peut se lire en commençant à n'importe quel chapitre et en sautant d'une histoire à l'autre si l'on veut ...               

ARTISTES DU MONDE

Pour les petits fours du vernissage ... C'est raté parce que c'est trop tard ! ... Mais il n'est pas trop tard pour aller voir l'exposition organisée par la galerie 30 ... C'est dans les salons du Vieux Port, à Cannes ... C'est la deuxième année que ce salon est organisé ... Les foules sont nombreuses ... Un salon qui est en train de prendre ses marques et qui s'insère bien dans les nombreux festivals de Cannes.


                                
Beaucoup d'artistes ... Et des artistes de qualité. Nous avons particulièrement aimé les toiles présentées par REKOUANE ... facture très classique certes, mais peinture très soignée (voir les fonds très travaillés) ... Tableaux pleins de douceur et d'âme !





Le nu dans toute sa pureté ... Troublant, mais un nu pensant ...






Un peu plus sophistiquée, certes, mais néanmoins pure ...



                                
Celle-ci également est de notre famille ... Elle vit, elle pense, elle est pleinement femme !


                                   
"Mon enfant, ma soeur,
 Songe à la douceur
D'aller là-bas vivre ensemble !
 Aimer à loisir
 Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
 Les soleils mouillés
 De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
 Si mystérieux
 De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes ....
       ( Charles Baudelaire : L'Invitation au Voyage)

Je n'ai pas noté le nom de l'artiste qui a su si bien rendre la mélancolie ... Je le regrette et je souhaite qu'il me pardonne.


                                 
Fausse naïveté qui fait un peu songer à Peynet ...
Graphie très contemporaine ... Couleurs très modernes aussi ... Symbolisme très touchant ... Expression des visages très lisible ... On souhaite la réussite à cet artiste ... Mais ... Est-ce un homme ou une femme ? Je pencherais plutôt pour une touche féminine ... Pourquoi ?


                                      

Merci à Guy Weil, Valérie Wolff et Claude Benhamou qui composent à eux trois l'équipe de la Galerie 30 et qui sont à l'origine de cette exposition bien la hauteur de la réputation de la ville de Cannes ...
Nous y reviendrons ...

Et pour poursuivre votre lecture et découvrir d'autres textes, vous pouvez cliquer sur le mot écrit en rouge ...

jeudi 27 septembre 2012

TEMPLES ET CASINO ...

Nous ne vous avions pas montré encore le temple protestant de l'Église Réformée de Cannes. Il se trouve non loin de l'église catholique Notre-Dame-du Bon-Voyage. Voici sa façade :

                                                            

Et voici son portail d'entrée : Superbe travail de fer forgé représentant la croix huguenote ...


                                
Ferveur encore ... Et souvenir ... Pour que la mémoire vienne secourir les hommes d'aujourd'hui et de demain ... Plaque apposée sur une stèle, dans les jardins de Tivoli ... On trouve une plaque équivalente à l'entrée du portail du Lycée Carnot.
Les hommes sauront-ils ... ?
                                   
                                 
SAURONS-NOUS ... ?




Les hommes sauront-ils ... ? Sauront-ils être assez sages pour que le Minautore de Jivko n'ait plus jamais à hurler à la lune ?

Après l’assassinat de son fils Androgée, Minos, qui avait remporté la victoire sur les Athéniens demanda un tribut de guerre qui consistait à livrer toutes les fins de Grande Année (tous les neuf ans) ou tous les ans selon les auteurs, sept jeunes hommes et sept jeunes filles destinés à servir de pâture au monstre ou à mourir de faim et de soif dans le dédale des couloirs.


                           

Les gerbes sont-elles garantes du souvenir et l'homme saura-t-il tirer les leçons du passé ? 


                                       

mercredi 26 septembre 2012

NOTRE ÉPOPÉE ...



Vint un cheval …

Les orages se dissipaient

Nous commencions à distinguer la ligne d’horizon
Grand cercle bleu au bout des sables

Un chameau arriva
Il se mit à genoux
Nous lui avons mis le bât
Pour le charger de sel



                                

Vint un cheval
Il se cabra et puis hennit longuement
Sa robe était luisante
Sa bouche écumait un peu
Nous l’avons asservi

Nous lui avons mis le mors et la selle
Nous lui avons fait sentir nos éperons
Alors ont commencé les carnages
razzias
Enlèvements dans les sérails
conquêtes

Folles aventures

Notre chant s’éleva
Ce fut un chant de guerre
Nous faisions taire les complaintes
Nous avons étouffé les psaumes

Un Pierrot enfariné dansait sur un fil
Entre deux tours

Notre chant de victoire
Notre chant n’avait pas de fin
Au fil des saisons il enfla
enfla



                                 



Puis nous avons inventé la roue
Nous avons inventé la voile


Plus loin
Nous allions toujours plus loin
Négociant
Pour aller chercher les fruits
Toujours plus loin pour quérir les gemmes

Et les métaux précieux

Un Auguste assis sur une barrique
Grimaçait

Nous avons eu des esclaves par milliers
Venant de tous les continents
Mâles et femelles
De toutes les couleurs
Creusant le sol
Portant nos charges





Nous fîmes plus grands carnages encore
Et notre chant enfla plus fort

Perfectionnant nos techniques
Nous inventâmes le moteur

Nous allions chercher les matériaux
Que nos machines broyaient

De hautes cheminées vomissaient
Dents d’acier
Engrenages implacables

Navires monstrueux
Avions gros-porteurs

Polichinelle avait coiffé
le chapeau du gendarme

Nous avons domestiqué les énergies vives
Et les énergies fossiles
Nous avons mêlé le ciment et le fer
Nous avons élevé des tours
Nous avons lancé des ponts
Vidé des lacs et des mers

Nos guerres furent plus grandes et plus cruelles
Ce n’étaient plus des hommes
Qui tombaient par millions
Qui parlait d’hommes encore ?
Bientôt ils ne tombèrent même plus


Ils se désintégraient sous un grand coup de vent
Quelques-uns seulement laissaient leur ombre sur le roc
Quand il restait un roc

Le capitaine Matamore riait
Il fumait la pipe


                                   


Chantez chantez
Chant de marche
chant de gloire
de victoire
Nous étions debout partout
Sur les monts
Dans les vallées
Sur les océans
Au fond des abysses
Voyageant dans les airs
Au coeur de la terre
Et dans les espaces sidéraux

Puis les brouillards revinrent
Sulfureux
Suffocants
Les fleuves cessèrent de couler
Les neiges avaient fondu

Que deviendra le chant des hommes
Tambours clairons
Cristallophones
Musiques électroniques

Ô Sartre !
Pablo Picasso !

Colombine essuyait ses larmes
Elle chantait6

S’il n’y a plus d’espoir
Que reste-t-il hormis l’ivresse
et le sexe !

Notre présent et notre avenir ...

Le chameau revenu baraque et puis blatère
Encore un moment ...
Il bave

Le cheval est mort depuis longtemps
Avec les oiseaux et les poissons


                              Galerie Hurtebise - Cannes  

Cliquer sur les mots écrits en rouge pour voir d'autres textes de Michel Savatier

mardi 25 septembre 2012

L'IVOIRE

L'ivoire ! ... L'ivoire est, depuis les temps les plus reculés, une matière utilisée pour les sculptures les plus fines, les plus douces.
                                 

                                


L'époque gothique a produit combien de de statuettes en ivoire : Vierges à l'enfant, en ronde-bosse, tableaux minutieux ! ... La chrétienté offre une grande diversité d'oeuvres ciselées. Le musée du Louvre a rassemblé une  quantité incroyable de ces oeuvres magnifiques.

Les artistes chinois et japonais sont passés maîtres dans le travail de l'ivoire et chacun de nous a pu voir, un jour ou l'autre ces statuettes représentant des pêcheurs, des chasseurs, des guerriers ... Que sais-je ? - Ah, si ... Bien sûr, il y a aussi des sujets "coquins" ... On les connaît bien !

On ne peut qu'admirer ces réalisation ... Sans toutefois perdre de vue que cet ivoire provient des animaux à défenses et à fortes dents : Éléphants, bien sûr, mais aussi morses, hippopotames, cachalots.

Les lois réglementent de façon très stricte le commerce de l'ivoire et la chasse des animaux ci-dessus.





À Cannes, nous connaissons au moins deux ou trois  boutiques spécialisées dans le commerce des ivoires ... Je ne suis pas très certain que ce groupe charmant soit en ivoire, mais en tout cas cet archer, ci-dessous est bien en ivoire et c'est bien un travail asiatique. On peut admirer la finesse du détail




On peut aussi admirer ces défenses d'éléphant où grouille tout un peuple, chacun vaquant à ses affaires : La quantité de personnages sculptés et leur diversité, la finesse de la sculpture emportent l'admiration. Mais attention : La vente est soumise à la production de certificats d'origine ...




           

Cette vierge à l'enfant s'apparente sans conteste à l'art gothique ... L'ivoire, avec le temps, prend une patine inégalable, pleine de douceur.
              
                                 Pêcheur au cormoran

À propos, savez-vous  que, même en Afrique, certains éléphants sont dépourvus de défenses ...
Leur proportion, dans les populations  de pachydermes tend à augmenter, non pas à cause de mutations génétiques, mais, tout simplement parce que, ceux-là, on ne les braconne pas ... Ils ont donc de plus grandes chances de se reproduire !

Et si vous voulez lire des aventures  "aimables" et lisibles par tous, à tout âge cliquez sur ce mot écrit en rouge !   Je pense que vous ne regretterez pas d'avoir lu l'une de ces petites histoires ...